Les centrales photovoltaïques au sol et leurs opérateurs dans les territoires méditerranéens français – Etat des lieux et types d’opérateurs dominants

• Le système énergétique dominant – des pays du Nord – est confronté à deux limites inhérentes à ses propriétés : [1] la raréfaction des énergies fossiles et fissiles conventionnelles à moyen et long terme (Merlin, 2008) ; et [2] le réchauffement climatique observable actuellement (Tsayem-Demaze, 2011). Ces propriétés et la hausse de la demande énergétique mondiale nous interrogent sur la durabilité de notre système et plus largement sur la durabilité de notre modèle de développement. Actuellement, nous assistons à une conscientisation de la question énergétique et environnementale qui a permis l’émergence de politiques publiques visant le développement des énergies renouvelables et au-delà une transition énergétique (Vaché, 2009 ; Chanard, 2011). Ces politiques publiques s’inscrivent dans un contexte d’ouverture et de libéralisation des marchés européens et français de l’électricité (Grand & Veyrenc, 2011), permettant une multiplication des acteurs énergétiques, et d’une miniaturisation des moyens de production d’électricité renouvelable (Dunsky, 2004), autorisant une décentralisation du système électrique. Des dynamiques de territorialisation des énergies renouvelables, et en particulier de l’énergie photovoltaïque au sol, sont ainsi apparues ces dernières années. Malgré des études récentes (Dubois & Thomann, 2012), l’implication des territoires méditerranéens français dans la transition énergétique et plus particulièrement dans le développement des énergies renouvelables a été peu questionnée. Or, la ressource solaire et les disponibilités foncières dans l’arrière-pays méditerranéen font de ces territoires des lieux privilégiés d’implantation de centrales photovoltaïques au sol.

• Cette communication vise donc à interroger les dynamiques d’implantation de ces nouvelles infrastructures industrielles dans les territoires méditerranéens français [Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte-d’Azur].

• Je réaliserai, dans une première partie, un état des lieux des centrales photovoltaïques au sol et de leurs opérateurs dans les territoires méditerranéens français. Il me permettra de dégager plusieurs dynamiques et plus particulièrement leurs conditions de développement et leurs facteurs de localisation (Mérenne-Schoumaker, 2002). J’analyserai ensuite, dans une seconde partie, ces données à l’aune des trois phases de territorialisation du photovoltaïque au sol en France, résultant de l’évolution des conditions socio-techniques et qui révèle, selon nous, une certaine “dépendance de sentier” (North, 1990 ; Pierson, 1997) des politiques publiques énergétiques françaises, et à une typologie des opérateurs.

Mots-clés : [1] transition énergétique ; [2] territorialisation ; [3] photovoltaïque au sol ; [4] système socio-technique ; [5] dépendance de sentier

Sources :

CHANARD C. (2011). – “Territoire et énergie : politiques locales, échelles d’intervention et instruments de mobilisation, de connaissance et d’action“, Besançon, Université de Franche-Comté

DUBOIS J. & THOMANN S. (2012). – Tensions sur les champs et les bois. L’essor des énergies vertes en Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Paris, Éditions de l’Aube

DUNSKY P.U. (2004). – “La révolution électrique en cours : portrait de l’émergence d’une nouvelle architecture dans les pays industrialisés”, in VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 5, n°1

GRAND E. & VEYRENC T. (2011). – L’Europe de l’électricité et du gaz. Acteurs, marchés, régulations, Paris, Economica

MERENNE-SCHOUMAKER B. (2002). – La localisation des industries. Enjeux et dynamiques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes

MERLIN P. (2008). Énergie et environnement, Paris, La documentation Française

NORTH D-C. (1990). – Institutions. Institutional Change and Economic Performance, Cambridge, Cambridge University Press

PIERSON P. (1997). – “Increasing Returns, Path Dependence and the Study of Politics”, in Monnet Chair Paper, n°44, p. 24-30.

TSAYEM-DEMAZE M. (2011). – Géopolitique du développement durable. Les États face aux problèmes environnementaux internationaux, Rennes, Presses Universitaires de Rennes

VACHE I. (2009). – “L’émergence des politiques énergétiques en Pays de la Loire : Effets de contexte, potentiels et jeux d’acteurs”, Le Mans, Université du Maine

Les centrales photovoltaïques au sol et leurs opérateurs dans les territoires méditerranéens français – Etat des lieux et type d’opérateurs dominants de Kévin Duruisseau est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France.

Vers une ou des transitions énergétiques en Méditerranée ? Entre théories et expériences – Programme

• Cette journée d’études réunit des jeunes chercheurs des sciences humaines et sociales, économiques, juridiques et politiques. Son objectif est de leur permettre de présenter leurs travaux à des universitaires de différents horizons et disciplines et d’appréhender l’état de la recherche sur cette problématique. Les enjeux scientifiques de cette journée sont : [1] l’apport de ces disciplines qui introduisent et renouvellent les enjeux contemporains de la question énergétique ; [2] l’approche pluridisciplinaire pour enrichir et diversifier la réflexion sur cette transition énergétique ; [3] l’approche comparée pour connaître et réfléchir sur les différentes expériences de transitions énergétiques dans un espace géographique donné.

Accueil des participants [8h30-9h00]

Ouverture [9h00-9h30]

• Laure Verdon, MCF-HDR Histoire, Aix-Marseille Université-CNRS, TELEMME

• Nadia Benalouache & Kévin Duruisseau, D Géographie, Aix-Marseille Université-CNRS, TELEMME

Atelier I [9h30-10h15] – La transition énergétique, un concept au centre des débats théoriques : approches et trajectoires possibles

• Thiziri Hammiche, D (3e année) Économie, Université de Béjaïa, LED – La transition énergétique en méditerranée : enjeux et perspectives

• Frédéric Bally, D (1e année) Sociologie & Sciences Politiques, Université Pierre-Mendès France, LLS – Vers une transition énergétique citoyenne : la réappropriation des questions environnementales par les acteurs ordinaires

Discutant : Ali Bennasr, PU Géographie, Université de Sfax, SYFACTE

Pause [10h15-10h45]

Atelier II [10h45-11h30] – La question des paysages et du patrimoine énergétiques

• Daniel Herrero, D (4e année) Géographie, Université de Lorraine & Université de Valladolid, LOTERR & Mundo Rural – Nouvelles énergies, nouveaux paysages : le cas espagnol

• Sophie Pehlivanian, D (5e année) Histoire, Université de Savoie, LLS – La coopération méditerranéenne pour l’énergie solaire, solutions techniques pour pays ensoleillés

Discutant : Marie-Émilie Forget, MCF Géographie, Université de Savoie, EDYTEM

Atelier III [11h30-12h15] – Les politiques publiques et les outils juridiques au service de la transition énergétique

• Vincent Baggioni, D (3e année) Sociologie, Aix-Marseille Université-CNRS, LAMES – Le développement des centrales photovoltaïques au sol en région PACA : un nécessaire détour historique pour articuler effets d’échelles et dynamique de diffusion

• Cécile Bernard, D (2e année) Droit, Aix-Marseille Université-CNRS, LIEU & IMBE – Le droit applicable aux EnR : quelle place pour le territoire ? L’exemple des centrales biomasses en PACA

Discutant : Jérôme Dubois, PU Sciences Politiques, Aix-Marseille Université-CNRS, LIEU & IUAR

Déjeuner [12h15-14h00]

Atelier IV [14h00-14h45] – Les industriels et opérateurs de la transition énergétique

• Nadia Benalouache, D (3e année) Géographie, Aix-Marseille Université-CNRS & Université de Sfax, TELEMME & SYFACTE – Dynamiques de diffusion des technologies solaires. Essai d’une géographie des acteurs industriels des filières PV et CSP sur le marché maghrébin

• Kévin Duruisseau, D (3e année) Géographie, Aix-Marseille Université-CNRS, TELEMME – Les centrales photovoltaïques au sol et leurs opérateurs dans les territoires méditerranéens français. État des lieux et types d’opérateurs dominants

— Discutant : Bernadette Mérenne-Schoumaker, PUE Géographie, Université de Liège, SEGEFA

Débat et discussion [14h45-16h00]

Clôture [16h00]

Vers une ou des transitions énergétiques en Méditerranée ? Entre théories et expériences – Programme de Kévin Duruisseau est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France.

Vers une ou des transitions énergétiques en Méditerranée ? Entre théories et expériences – Problématique scientifique

• En 1987, “Notre avenir à tous” [Rapport Brundtland], publié par la Commission des Nations Unies pour l’Environnement et le Développement [CNUED] reprend, en partie, à une échelle mondiale, les travaux initiés par le Club de Rome qui publia “Halte à la croissance !” [Rapport Meadows] en 1972. Quand le Club de Rome défend l’idée de croissance zéro en réponse à la perspective d’une catastrophe environnementale majeure aboutissant “à un effondrement de la dynamique du système socio-économique mondial” (Domenach et Picouet, 2000), le Rapport Brundtland introduit l’idée de croissance soutenable. Ce dernier forge ainsi le concept de “sustainable development” traduit en français par développement durable. Outre la préoccupation de conserver un environnement viable pour les générations futures, le concept pose le problème de la finitude des ressources naturelles. L’épuisement des ressources énergétiques fossiles conventionnelles et fissiles et plus encore le réchauffement climatique contraignent par “effet de contexte” (Vaché, 2009), nos sociétés à une transition énergétique. Ce concept émergent est défini comme “le passage qui va nous amener d’un modèle basé aujourd’hui […] sur les énergies fossiles vers un nouveau modèle énergétique, dans lequel les énergies non carbonées seront dominantes” (Rojey, 2008). Il prend sa source chez les anglo-saxons, dans des cadres théoriques relevant des Sciences technologiques et de l’Histoire des techniques. Les travaux de Frank W. Geels sur les modèles de transition socio-technologique – “Multi-Level Perspective” – sont à la base d’adaptations du concept dans des cadres théoriques et pratiques variés. Ce modèle pourrait fournir un cadre utile aux sciences humaines et sociales pour l’analyse de la transition énergétique actuellement initiée.

• À l’instar du concept de développement durable qui divise les sciences humaines et sociales entre tenants d’une “durabilité faible” et tenants d’une “durabilité forte”, le concept de transition énergétique oppose les partisans d’une “transition faible” et ceux d’une “transition forte”. La transition faible est basée sur une confiance en la technologie pour substituer des ressources de flux à des ressources de stock sans bouleversement du système énergétique et socio-économique actuel. La transition forte associe nouvelles technologies et ressources énergétiques à de profondes mutations sociétales. Selon nous, cette transition ne peut être confondue avec une simple adaptation technologique car elle n’a “de sens et d’avenir que dans un cadre institutionnel nouveau, conduisant notamment à une réappropriation de la question énergétique par les citoyens et à une décentralisation” (Raineau, 2011). Le système énergétique actuel est un héritage des révolutions industrielles successives qui ont imposé progressivement les énergies fossiles comme source quasi unique d’énergie. Or, l’énergie demeure un facteur essentiel du développement socio-économique des sociétés. Il parait donc difficile de dissocier le système énergétique d’une société donnée de son modèle de développement. La transition énergétique est un enjeu de société. Cette nouvelle donne amorce un processus d’adaptation marqué par une diversification du mix-énergétique, une plus grande sobriété énergétique, une meilleure efficacité énergétique et un ensemble de transformations affectant la législation, les territoires, les comportements et les usages. Les choix énergétiques, envisageables à différentes échelles, requièrent de profondes réflexions.

• La Méditerranée est au cœur des questionnements inhérents au changement climatique. Selon le dernier rapport du GIEC, les pays de l’espace méditerranéen devraient être particulièrement exposés aux conséquences du réchauffement climatique au cours du 21e siècle, du fait de leur croissance démographique (notamment des pays du Sud), de l’utilisation intensive des zones côtières et de leur faible capacité de résilience. Des efforts ont été consentis en matière de protection de l’environnement et dans la tentative d’intégrer le développement durable dans les politiques de l’environnement avec la mise en oeuvre de différents programmes et fonds, à l’échelle nationale et méditerranéenne [Plan d’Action pour la Méditerranée].

→ Face aux défis environnementaux, socio-territoriaux et économiques, comment pense-t-on la transition énergétique dans les pays méditerranéens ? Est-elle uniforme ou propre à chaque territoire ? L’intégration européenne et plus largement euro-méditerranéenne peut-elle constituer un cadre de réflexion et d’application des enjeux énergétiques communes à la région ?

Sources :

DOMENACH H. & PICOUET M. (2000). – Population et environnement, Paris, PUF.

GEELS F.W. (2005). – “Processes and patterns in transitions and system innovations : Refining the co-evolutionary multi-level perspective”, in Technological Forecasting & Social Change, n°72, p. 681-696.

RAINEAU L. (2011). – “Vers une transition énergétique ?”, in Natures Sciences Sociétés, vol. 19, p. 133-143.

ROJEY A. (2008). – Énergie & Climat. Réussir la transition énergétique, Paris, Éditions TECHNIP.

VACHE I. (2009). – “L’émergence des politiques énergétiques en Pays de la Loire : Effets de contexte, potentiels et jeux d’acteurs“, Le Mans, Université du Maine.

Vers une ou des transitions énergétiques en Méditerranée ? Entre théories et expériences – Problématique scientifique de Kévin Duruisseau est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France.

Aux origines de ma recherche, le concept de développement durable (3/6)…

Ce billet est la suite de mon billet précédent intitulé “Aux origines de ma recherche, le concept de développement durable (3/6)…“.

1.2- Le développement durable et la géographie : un concept récent aux sources anciennes.

• La réflexion sur le développement durable et son élaboration repose sur deux préoccupations essentielles : “une interrogation sur l’évolution à long terme du capitalisme et les modalités du développement économique, surtout chez les économistes […] une inquiétude sur la finitude des ressources terrestres et certains modes de mises en valeur particulièrement destructeurs, surtout chez les géographes” (Jégou, 2007).

• Nous tiendrons compte de ces deux versants dans cet historique de la lente construction du concept de développement durable. Trois grandes phases historiques peuvent être identifiées.

1.2.1- L’élaboration de la durabilité (1346-1945).

L’Ordonnance de Brunoy de 1346 : les prémices d’une réflexion sur la durabilité des ressources forestières.

• En France, selon Vincent Clément, “la première réalisation en phase avec le concept de durabilité remonte à l’Ordonnance de Brunoy de 1346” (Jégou, 2007). Cette ordonnance énonce que “les maîtres des eaux et forêts enquerront et visiteront toutes les forez et les bois et feront les ventes qui y sont en regard de ce que lesdites forez se puissent perpétuellement soustenir en bon estat” (Ordonnance de Brunoy, 1346). L’idée de préserver des ressources naturelles pour les générations futures est sous-entendue dans cette ordonnance. Mais, cette dernière ne constitue qu’un prémice à la réflexion sur la question de la durabilité. Il ne s’agit donc pas de donner une place disproportionnée à cette ordonnance dans la réflexion sur la durabilité.

La révolution industrielle et des réflexions.

• Il faut attendre la fin du 18e et le 19e siècle pour que la question de la durabilité des ressources et des modèles de développement des sociétés occidentales soit posée à la fois par les géographes et les économistes. La première révolution industrielle (fin du 18e siècle) et ses conséquences ont été catalyseurs dans la réouverture de la réflexion concernant la durabilité. Cette première révolution industrielle se caractérise par un ensemble de “grappes d’innovations” dont la base est l’invention de la machine à vapeur par James Watt en 1780. On passe peu à peu de la proto-industrie à l’industrie avec des modes de production de masse. Le charbon et ses différentes applications sont au centre de la première révolution industrielle.

• Cette dernière engendre des mutations profondes dans les modes de production, les organisations productives mais aussi dans l’organisation territoriales de l’espace. Des paysages types naissent alors en Europe et aux États-Unis. Ces mutations posent de nombreux problèmes. L’industrialisation massive pose le problème de la gestion des ressources naturelles. L’urbanisation pose la question de l’occupation de l’espace. La croissance démographique soulève le problème des capacités de la terre à nourrir ces surplus de population. Enfin, les premières réflexions sur le risque industriel et la sécurité des sites industriels naissent dès cette époque. Une des réponses aux nombreuses interrogations concernant la sécurité des sites industriels vis-à-vis de ses riverains est la création d’un classement des sites industriels en fonction du risque que présente leur activité.

Les géographes et l’émergence de la réflexion sur la durabilité des modèles de développement au 19e siècle.

• Les géographes allemands sont précurseurs dans la réflexion concernant la durabilité des modèles de développement occidentaux. Dès le 19e siècle, Friedrich Ratzel (1844-1904) dénonce ces modèles économiques à travers l’expression “l’économie de pillage” (Ratzel, 1891). Selon lui, l’exploitation des ressources non renouvelables énonce clairement le problème de la durabilité de la croissance économique des pays occidentaux. Friedrich Ratzel porte aussi sa réflexion sur l’héritage laissé aux générations futures dans le contexte des conditions actuelles (au 19e siècle) de la croissance économique.

• L’École de géographie américaine dite de Berkeley apparaît aussi comme particulièrement dynamique dans ce domaine. Son chef de file, Carl Sauer (1889-1975), s’est penché sur la question de “l’empreinte écologique des sociétés sur le milieu naturel et l’inscription de ses relations dans le temps” (Sauer). Il y a une volonté évidente chez Carl Sauer de mesurer l’impact de l’homme sur le milieu naturel. Celui-ci appelle les hommes à vivre en harmonie avec leur “milieu de vie“. Ce qui l’inquiète et motive ses réflexions, c’est le déséquilibre qui apparaît de plus en plus important entre l’homme et son milieu.

• Il est intéressant de voir que deux conceptions de la durabilité s’opposent aux États-Unis dès les prémices de cette question. Ces deux conceptions apparaissent à travers deux courants issus du débat concernant l’avenir des espaces “naturels“. Ils ont une base commune : les travaux de George Perkins Marsh (1801-1882) et son ouvrage “Man and nature : or physical geography as modified by human action” (1864) dans lequel il dénonce le gaspillage des ressources naturelles et critique certaines formes d’exploitation trop destructrices, ont inspiré ces deux courants de durabilité. Les tenants du “conservatisme“, défendu par l’américain Gifford Pinchot (1865-1946), développent l’idée “d’une exploitation raisonnable de la nature par les sociétés” (Veyret, 2005) tandis que les tenants du “préservationnisme“, défendu par John Muir (1838-1914), développent l’idée qu’il existe un “antagonisme intrinsèque entre nature et société” (Veyret, 2005) c’est-à-dire qu’il s’agit de maintenir la nature sauvage.

• En France, les géographes qui s’intéressent “aux rapports nature/société sous l’angle de la gestion des ressources et d’une possible dégradation de celles-ci sont assez peu nombreux” (Jégou, 2007). Néanmoins, durant cette période, deux géographes se distinguent. Les premières réflexions viennent d’Élisée Reclus (1830-1905) qui publie dès 1866 un article intitulé “Du sentiment de la nature dans les sociétés modernes” (1866). Il s’inspire précisément des travaux de George Perkins Marsh. Selon lui, l’intégration des hommes dans la nature est diverse. Cette intégration peut être “excellente ou pathologique” (Reclus, 1866). Étonnamment, il faut attendre 1943 et les travaux de Maximilien Sorre (1880-1962) pour que de nouveaux travaux paraissent au sujet de la durabilité. Dans “Les fondements biologiques de la géographie humaine” (1943), il reprend la notion “d’écologie humaine” qui avait été développée par l’École de Chicago. L’auteur définit le concept de “complexe pathogène” (Sorre, 1943). Il constate les dangers encourus par les sociétés. Il souligne “leur origine naturelle en traitant des maladies liées au milieu et insiste aussi sur leur aggravation par les sociétés” (Veyret, 2005). L’approche envisagée par Maximilien Sorre apparaît comme particulièrement “systémique” (Veyret, 2005).

Les économistes et la réflexion sur la durabilité des modèles de développement au 18e et 19e siècles.

• Dans le domaine de l’économie, la question de la durabilité des modèles de développement des sociétés industrielles se pose aussi avec acuité. Dès le 18e siècle, l’économiste écossais Thomas Malthus (1766-1834), dans son “Essai sur le principe de population” (1798), s’inquiète particulièrement de la croissance démographique qui semble incontrôlable dans les îles britanniques au 18e siècle. Il “affirmait […] que la croissance de la population devait nécessairement se heurter à l’insuffisance de biens alimentaires, puisque la disponibilité de ceux-ci ne pouvait augmenter aussi rapidement que la population” (Beaumais, 2005). Appartenant à l’École Classique, il s’oppose à l’idée smithienne d’un équilibre harmonieux et stable. L’économiste britannique, disciple d’Adam Smith, David Ricardo (1772-1823) poursuit les réflexions de Thomas Malthus. Selon lui, la nécessité de nourrir des populations toujours plus nombreuses va conduire à la nécessité de mettre en culture des terres de moins en moins fertiles. Peu à peu, l’économie rentrera dans un “état stationnaire“. La question de l’épuisement des ressources est une constante dans l’ensemble des réflexions des économistes durant cette période.

• John Stuart Mill (1806-1873), disciple de David Ricardo, approfondit le concept “d’état stationnaire” dans “Principes d’économie politique” (1848). Pour lui, l’état stationnaire est préférable à la situation que connaissent les pays européens au 19e siècle. Les milieux ouvriers en Allemagne, en Grande-Bretagne et en France se situent dans une grande misère et dans la précarité. Dans ce cas-là, le capitalisme et la croissance économique ne permettent pas le bonheur et l’épanouissement des populations. Selon John Stuart Mill, “l’état stationnaire” peut permettre l’épanouissement des populations et de la liberté individuelle. Le capitalisme “va peu à peu donner naissance à un autre type de société, socialement plus stable et plus respectueux de l’homme et de la nature” (Mill, 1848). Il s’agit de réduire les besoins et le temps de travail pour permettre une plus grande équité et égalité entre les hommes. L’épanouissement de ces derniers est primordial. L’idée de bonheur doit devenir une réalité.

• Face à cette conception d’un “état stationnaire” possible dans le capitalisme au 19e siècle, Karl Marx (1818-1883) pose la théorie selon laquelle le capitalisme est “un système nécessairement en crise” (Marx, 1867). Dans le livre I du “Capital” (1867), il tente d’étudier les contradictions de “l’accumulation du capital” (Marx, 1867). Selon lui, “la baisse tendancielle du taux de profit a des raisons internes à la logique capitaliste” (Marx, 1867). Il s’agit de la première contradiction du capitalisme. Le capitalisme ne peut permettre l’épanouissement de l’homme. Sur le long terme, il conduit nécessairement à une paupérisation de la “classe des dominés“. D’autre part, “la classe dominante” ne peut que se réduire à long terme du fait de la demande constante d’une main-d’œuvre à faible coût afin de maintenir des taux de profit qui sont nécessairement décroissants. Néanmoins, la dimension environnementale n’est pas absente de la réflexion de Karl Marx. Selon lui, “le capitalisme est un système nécessairement en crise, qui ne fonctionne qu’en gaspillant des ressources, qu’elles soient matérielles ou humaines” (Marx, 1867). Cela constitue, comme le soulignera James O’Connor, “la seconde contradiction du capitalisme” (O’Connor, 1992).

• Ainsi, on peut le voir, les grands concepts qui vont nourrir ensuite le concept de développement durable s’élaborent progressivement durant cette longue période. Mais, par la suite, la question de la durabilité des modèles de développement des sociétés industrialisées va être mise entre parenthèses. Durant, notre seconde période qualifiée de tout développement, le progrès technique et scientifique semble pouvoir repousser toutes les limites de la finitude du monde.

1.2.2- Le tout développement (1946-1972).

• Après la Seconde Guerre mondiale, la question de la durabilité des modèles de développement n’est plus d’actualité. Le temps est au tout développement dans un contexte de Reconstruction, de Guerre Froide et de Décolonisation. Le développement est vu comme un des aspects de la politique de “containment” menée par les États-Unis face à la poussée communiste dans le monde. Géographes et Économistes se convertissent pour un temps à la nouvelle religion : le développement.

• Le discours de Harry Truman en 1949, alors président des États-Unis apparaît comme fondateur de cette période du tout développement. La notion de “sous-développement” est née. Il fait apparaître le fait que certains pays sont en avance et d’autres en retard, mais tous devraient connaître les mêmes processus de développement économique. La culture et l’histoire propres à chacune des sociétés ne sont pas prises en compte. “La notion de linéarité du développement est alors posée” (Guichaoua & Goussault).

• Un courant de pensée économique naît alors : “le développementalisme“. Il se divise lui-même en deux sous-courants : “l’évolutionnisme” et “le diffusionnisme“. L’œuvre de Walt Whitman Rostow (1916-2003), “Les étapes de la croissance économique – Un manifeste non-communiste” (1960) se révèle comme fondatrice du courant. Selon lui, “à considérer le degré de développement de l’économie, on peut dire de toutes les sociétés qu’elles passent par l’une des cinq phases suivantes : la société traditionnelle, les conditions préalables du démarrage, le démarrage, le progrès vers la maturité et l’ère de la consommation de masse” (Rostow, 1963). Néanmoins, à partir des années 1960, un autre courant de pensée économique va s’opposer à celui-ci. Ce courant forme “le dépendantisme“. Celui-ci se divise lui-même en trois courants marqués géographiquement : “le structuralisme cépalien“, “le structuralisme marxiste” et le “périphérisme cépalien“. Les penseurs qui se rattachent à cette vision du développement (S. Amin, A-G. Franck & R. Prebisch) considèrent que le sous-développement est le résultat de l’exploitation d’une périphérie par un centre, dans un système d’échanges inégaux et dépendants. Il s’agit d’un courant radical et néo-marxiste.

• La géographie et l’économie deviennent des sciences sociales du développement. Mais le retournement de la conjoncture et l’échec des grands modèles de développement vont remettre en cause ce tout développement.

1.2.3- Vers le succès du développement durable (1972-2009).

La remise en cause des modèles de développement des Trente Glorieuses : le constat d’une crise sociale, économique et environnementale.

• Dans les années 1960, la société de consommation de masse connaît ses premières remises en cause au sein de la société américaine. Les événements de mai 1968, en France, sont aussi, en partie, une remise en cause de cette société de consommation de masse. L’anthropisation provoque une dégradation avancée des milieux naturels qui est aussi dénoncée. Les mouvements écologistes se multiplient. Mais, c’est la parution du rapport Meadows, en 1972, intitulée “Halte à la croissance !” (1972) qui relance les préoccupations anciennes sur les conditions du développement humain au plus haut niveau. Ce rapport commandé par le Club de Rome en 1968, envisage un avenir “noir” pour les sociétés humaines si les conditions de la croissance actuelle perdurent. Ce rapport promeut l’idée d’un “état d’équilibre global“.

• En parallèle est organisée, en 1972, la Conférence de Stockholm. Elle consacre la dimension globale de la “crise environnementale” (Veyret, 2007). Il est alors envisagé de “penser conjointement l’environnement et le développement” (Veyret, 2007). Une des réponses proposées par les participants est le concept d’écodéveloppement. Ce n’est qu’en 1980 qu’Ignacy Sachs dans “Stratégies de l’écodéveloppement” (1980) définit ce concept. L’écodéveloppement est “un développement des populations par elles-mêmes, utilisant au mieux les ressources naturelles, s’adaptant à un environnement qu’elles transforment sans le détruire” (Sachs, 1980). Il tente de réconcilier les dimensions écologiques et économiques. La durabilité sociale, économique et écologique est désormais assurée par la prise en compte de trois dimensions essentielles de ce qu’est le développement des sociétés : “la prise en charge équitable des besoins de tous les hommes / la prudence écologique / l’autonomie des décisions et la recherche d’un modèle de développement endogène” (Veyret, 2007).

• La mise en place de l’écodéveloppement sous-tend la présence de l’Etat. La dimension planificatrice étatique est essentielle pour mettre en oeuvre l’écodéveloppement. Mais les grandes institutions internationales vont bouder ce concept car “la dimension planificatrice et interventionniste de l’Etat est de plus en plus mal vu dans un monde en crise” (Veyret, 2005). C’est l’époque de la remise en cause du modèle keynésien-fordiste. Au final, c’est le concept de développement durable qui sera retenu en 1987. Le rapport Brundtland insiste sur le fait d’inscrire le développement durable dans le développement économique et l’économie de marché. Le temps n’est plus au modèle alternatif. La diffusion du développement durable est effectuée à Rio lors du Sommet de la Terre en 1992. Selon Sylvie Brunel, en 2009, le Sommet de la Terre de Rio voit “le sacre du développement durable” (Jégou, 2007). Il apparaît comme une véritable “formule magique” (Miossec, 2004).

Le retour de la problématique de la durabilité dans la géographie : les relations homme/milieu.

• La géographie ne fait que retourner à ses fondamentaux. La géographie française, particulièrement dynamique, retourne vers la question de la durabilité à travers les rapports homme/milieu. L’étude des rapports et des interactions entre l’homme et son milieu n’est pas une nouveauté pour celle-ci. On se rappelle que cette étude était la base des recherches de l’École Française de Géographie dans l’Entre-Deux-Guerres. Celle-ci était l’héritière des travaux de Paul Vidal de La Blache au début du siècle. Cependant, “à la différence de la géographie essentiellement descriptive qui se pratiquait avant eux, les représentants de l’École géographique française ont toujours mis l’accent sur leur souci d’apporter des explications offrant toutes les garanties de sérieux […] Ces géographes avaient aussi élargi leur réflexion aux rapports qui s’établissaient entre les hommes et leur milieu naturel” (Marconis, 2009). Mais après la Seconde Guerre mondiale, cette géographie apparaît comme déterministe. Elle ne semble pas en mesure de lutter contre les poussées idéologiques qui se produisent dans les Sciences Sociales durant les années 1950-1960. Deux visions du monde s’affrontent alors dans la géographie française : une vision libérale et une vision marxiste. C’est à cette époque que la géographie commence sa migration vers les Sciences Sociales. Comme le souligne Robert Marconis, “la géographie française ne pouvait rester indifférente à ces bouleversements” (Marconis, 2009). L’étude des rapports et des interactions entre l’homme et son milieu est vue comme un archaïsme.

• Il faut attendre les années 1970 et l’échec patent des grandes théories du développement, pour assister au retour en grâce du concept de milieu. Ainsi, le courant tropicaliste se penche sur ces rapports. Pierre Gourou, dans “La leçon de géographie tropicale” (1971), s’intéresse à la “gestion sociale des milieux” (Gourou, 1971). Il fait partie des quelques géographes “prenant en compte l’aspect physique, social, politique et environnemental dans l’étude des villes” (Dorier-Apprill, 2007). Il essaie de faire ce qu’il appelle une “géographie humaine totale“. D’autres géographes, comme Jean Gallais avec son concept “d’accord nature-culture” dans “Les hommes du Sahel” (1984) ou encore Joël Bonnemaison (1940-1997) avec le “géosymbole“, approfondissent “les relations existantes entre un groupe social et son territoire” (Veyret, 2007). La géographie française, Pierre Georges (1909-2006), s’inscrit dans cette dynamique avec son ouvrage “L’environnement” (1971) où il propose d’accorder “une place plus importante à l’environnement dans le développement économique et social” (Veyret, 2007).

• La géographie physique apporte aussi un renouveau. Travaillant plus étroitement avec l’écologie, la géographie physique va proposer des concepts nouveaux. Ainsi, Jean Tricard et Georges Bertrand vont renouveler les approches à travers les concepts “d’écosystème” puis de “géosystème” où “l’homme est considéré dans un tout. L’homme est appréhendé dans son milieu physique avec lequel il forme un ensemble indissociable” (L’espace géographique, 1992).

• Cependant, il faut attendre le début des années 2000 pour que les géographes français commencent à se pencher sur le concept de développement durable et de son insertion dans la géographie. L’engagement ou l’opposition des géographes français vis-à-vis du développement durable deviennent surtout visibles à partir de 2004.

Les économistes et le développement durable : entre adaptation et rejet.

• Certains économistes vont s’opposer ou bien tenter d’adapter le concept de développement durable au monde économique. Deux courants émergent alors : “l’économie écologique” et “la décroissance“.

• “L’économie écologique” ou “Ecological economics” est née dans la pensée économique hétérodoxe anglo-saxonne des années 1960-1970. Le courant est porté par Georgescu-Roegen (1966) et Passet (1979). “Ce courant propose l’intégration au sein de l’analyse économique des éléments et concepts forgés par l’écologie” (Demazière, 2007). Ce mouvement tente de se renouveler au moment de la parution du rapport Brundtland. Il n’y a pas d’opposition majeure au concept de développement durable. Il y a une réelle volonté d’appropriation et d’aménagement de ce dernier.

• Par contre, le courant de “la décroissance” apparaît en forte opposition à l’idée même d’un développement durable. Ce courant dérive “de l’application des lois de la “thermodynamique” à la croissance économique, et qui prolonge les travaux critiques des années 1970 sur le développement” (Demazière, 2007). Il est porté par des penseurs de l’économique écologique comme Nicholas Georgescu-Roegen mais aussi par Serge Latouche. Ainsi, pour Nicholas Georgescu-Roegen, dans “La décroissance : entropie-écologie-économie, Sang de la terre” (1995), “les limites matérielles et énergétiques que nous imposent les lois de la thermodynamique le conduit à proposer un “programme bioéconomique minimal” destiné à faire durer le plus longtemps possible le stock d’énergie et de matière disponible pour l’humanité […] Il repose sur l’idée qu’il convient d’agir sur la demande de biens et de services plutôt que sur l’offre tout en restant conscient de la nécessité, pour les populations pauvres, de voir leurs conditions matérielles s’améliorer” (Boisvert & Vivien, 2006). La croissance est vue comme un échec car elle ne permet, en aucun cas, la réduction des inégalités. Pour Valérie Boisvert et Franck-Dominique Vivien, il s’agit “d’un après capitalisme” (Boisvert & Vivien, 2006). Pour Christophe Demazière, “à travers la notion de décroissance, il s’agit de réduire le poids des activités nuisibles à l’environnement de réorienter l’économie vers la qualité plutôt que de viser la quantité, de partager autrement les gains de productivité et de réduire le temps de travail” (Demazière, 2007). On remarque les liens existants entre “la décroissance” et “l’état stationnaire” de John Stuart Mill.

Source :

BEAUMAIS O. (2005). – “Développement durable et économie”. In : VEYRET Y., Le développement durable : approches plurielles, Paris, Hatier, p. 55-82.

BOISVERT V. & VIVIEN F-D. (2006). – “Le développement durable : une histoire de controverses économiques”. In : AUBERTIN C. & VIVIEN F-D., Le développement durable : enjeux politiques, économiques et sociaux, Paris, La documentation Française, p. 93-114.

BRUNEL S. (2009). – Le développement durable, Paris, PUF, 128 p.

DEMAZIERE C. (2007). – “Développement, croissance et environnement : Trois notions aux relations complexes, un tour d’horizon des controverses”, in Cahiers français, n°337, mars-avril 2007, La documentation Française, p. 3-8.

DORIER-APPRILL E. (2007). – “Villes des Suds et développement durable”. In : VEYRET Y., Géographie et développement durable, Paris, SEDES, P. 320-334.

GEORGES P. (1971). – L’environnement, Paris, PUF, 127 p.

GEORGESCU-ROEGEN N. (1995). – La décroissance : entropie-écologie-économie, Paris, Ellébore-Sang de la terre, 302 p.

GOUSSAULT Y. & GUICHAOUA A. (1993). – Sciences sociales et développement, Paris, Armand Colin, 189 p.

JEGOU A. (2007). – “Les géographes français face au développement durable”, in L’Information géographique, n°71, septembre 2007, Armand Colin, p. 6-18.

JEGOU A. (2007). – “Les origines du développement durable”, in L’Information géographique, n°71, septembre 2007, Armand Colin, p.19-28.

MANCEBO F. (2006). – Le développement durable, Paris, Armand Colin, 333 p.

MARCONIS R. (2009). – Introduction à la géographie, Paris, Armand Colin, 234 p.

ROSTOW W. W. (1963) – Les étapes de la croissance économique : Un manifeste non-communiste, Paris, Edition du Seuil, 252 p.

VEYRET Y. (2005). – Le développement durable : approches plurielles, Paris, Hatier, 288 p.

VEYRET Y. (2007). – Géographie et développement durable, Paris, SEDES, 428 p.

Aux origines de ma recherche, le concept de développement durable (3/6)… de Kévin Duruisseau est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé.

Le projet MUCONEM du programme HOMERE

Le projet M.U.C.O.N.E.M. du programme H.O.M.E.R.E.

MUtations CONtemporaines de l’Énergie en Méditerranée (M.U.C.O.N.E.M.)

Sylvie DAVIET (T.E.L.E.M.M.E.) & Ghislaine GALLENGA (I.D.E.M.E.C.)

Objectif :

• Tisser un réseau pour construire les bases d’un programme de recherche pluridisciplinaire et pluriannuelle réunissant les partenaires des deux rives, en considérant la transition énergétique comme un enjeu global, scientifique, environnemental et de société.

Résumé du projet :

• Le projet M.U.C.O.N.E.M. s’appuie sur le concept de transition énergétique. Il entend étudier les transformations du système méditerranéen de l’énergie, en articulant les enjeux technologiques, socio-économiques et territoriaux aux enjeux de la durabilité. L’énergie est au cœur des préoccupations de développement durable, au sein d’un bassin méditerranéen où interagissent les sociétés et les écosystèmes. Si dans toutes les régions du monde, les questions du développement, de l’énergie et du climat sont profondément liées, les modalités spécifiques de leur combinaison au sein du “système méditerranéen” seront explorées à partir d’une approche pluridisciplinaire large associant les sciences humaines et sociaux aux sciences de l’environnement et aux sciences dures.

Mots-clefs :

Développement durable / Énergies / Énergies Nouvelles Renouvelables (E.N.R.) / Environnement / Méditerranée / Plan Solaire / Service Public / Transition énergétique.

Axes de recherche :

1/ État des lieux des énergies en Méditerranée (sources, productions, distribution, consommation, modes de gestion.

2/ Impacts environnementaux des énergies en Méditerranée (bilan des systèmes existants et prospective environnementale).

3/ Transformation des services publics de l’énergie (privatisations, délégations de service public, nouveaux partenariats publics-privés).

4/ Développement des Énergies Nouvelles Renouvelables (choix technologiques et politiques, investissements, nouvelles entreprises, transformation des territoires).

5/ Représentations, usages, pratiques, évolutions du statut du consommateur, acceptabilité des nouveaux dispositifs.

Contexte et enjeux scientifiques :

• Les travaux du G.I.E.C. (Groupement d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) ont établi la réalité d’un réchauffement d’origine anthropique aux conséquences économiques et sociales majeures. Pour s’adapter à cette nouvelle donne, les institutions internationales, les États et des ensembles supranationaux ont déployé de nouvelles politiques énergétiques comprenant la diversification du bouquet énergétique, les gains d’efficacité énergétique et le recours probable à la captation/stockage du gaz carbonique, ou encore à l’énergie nucléaire. A ce titre, les mutations structurelles qui en découlent sont porteuses d’enjeux économiques, sociaux et territoriaux spécifiques, tout en valorisant des ressources nouvelles. Dans un contexte de dérégulation des marchés, les acteurs mobilisent de nouveaux dispositifs institutionnels et industriels transformant les équilibres entre Nord et Sud, les rapports de force entre entreprises, les conditions de vie et les usages de la société civile.

• Le concept émergent de transition énergétique (qui définit le passage d’un système dominé par les énergies fossiles vers un système dominé par les énergies renouvelables et non carbonées) est central dans notre réflexion qui souligne les relations entre les enjeux décisifs des choix technologiques et les enjeux de société. Dans une dynamique de décentralisation et reconfiguration des nouveaux dispositifs énergétiques, les territoires peuvent être considérés comme des lieux de confrontation, de négociation et de régulation de cette transition.

• La Méditerranée constitue un ensemble, encore dominé par les énergies fossiles, où les interdépendances sont fortes entre rive nord et rive sud. Les pays producteurs du sud méditerranéen contribuent largement à la sécurité des approvisionnements en hydrocarbures de la rive nord. De grands complexes industrialo-portuaires et de nombreuses infrastructures relient les deux rives (gazoducs) ; et les réseaux électriques transméditerranéens connaissent un début d’interconnexion. Depuis la fin des années 1980, la coopération entre pays du pourtour méditerranéen est à l’oeuvre au travers d’associations regroupant les producteurs d’énergie (O.M.E.), les producteurs d’électricité (M.E.D.E.L.E.C.), et les agences de maîtrise de l’énergie (M.E.D.E.N.E.R.). Plus récemment, en 2008 et 2009, de grands projets sont nés visant à valoriser le potentiel méditerranéen en énergies renouvelables, solaire en particulier. Issus d’initiatives intergouvernementales (Plan Solaire Méditerranéen) ou privées (fondation DESERTEC), ces projets renforcent et renouvellent la dynamique du système méditerranéen de l’énergie, soulignant la nécessité d’étudier la macro-région comme espace de référence.

Contacts et partenariats en cours :

1/ A l’échelle d’Aix-Marseille Université (A.M.U.) et de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (P.A.C.A.) :

• Pour les Sciences Humaines et Sociales : I.D.E.M.E.C. / T.E.L.E.M.M.E. / L.A.M.E.S. / L.E.S.T. / I.A.U.R. / Centre Norbert Élias.

• Pour les Sciences de l’Environnement : O.H.M. du Bassin Minier de Provence / la fédération E.C.C.O.R.E.V.

• Pour les Sciences Dures : I.U.S.T.I. / U.P.R. 9036 / I.M.2.N.P. / C.E.A.

•  Autres contacts : Conseil Régional P.A.C.A. / Plan Bleu / A.D.E.M.E.

2/ A l’échelle nationale :

• Pour les Sciences Humaines et Sociales et les Sciences Dures : L.I.E.D. (Paris 7) / U.M.R. D.S-I.E.D.E.S-I.R.D. (Paris 1) / U.M.R. E.V.S. (Lyon).

• Autres contacts : I.P.E.M.E.D. / O.M.E. / R.T.E.

3/ A l’échelle internationale :

• Tunisie : I.R.M.C. (Tunis) / Laboratoire S.Y.F.A.C.T.E. (Tunis) /Réseau Universitaire DESERTEC (Tunis).

• Algérie : C.R.E.A.D. (Alger) / C.D.E.R. (Alger).

• Maroc : Laboratoire d’économie G.R.E.D. (Tanger) / I.M.I.S.T. (Tanger) / P.N.U.D. (Rabat).

• Allemagne : Humboldt University of Berlin (Mediterranean Institute Berlin).

• Etats-Unis : Wisconsin University (Energy Institute).

Calendrier des manifestations :

1/ 12 novembre 2010 : M.U.C.O.N.E.M. (1) / Premier workshop international à la M.M.S.H. d’Aix-en-Provence, autour des travaux réalisés en Sciences Humaines et Sociales.

2/ 10 février 2012 : M.U.C.O.N.E.M. (2) / Second workshop international à la M.M.S.H. d’Aix-en-Provence, centré sur l’interdisciplinarité, il traduit un fort élargissement du réseau.

3/ Avril 2012 : M.U.C.O.N.E.M. (3) / Dans le cadre de l’année de l’énergie, un cycle de conférences “Vers une transition énergétique durable en Méditerranée” à Tunis, organisé par l’Institut Français de Tunisie, I.R.M.C., M.U.C.O.N.E.M.-M.M.S.H.

Contacts et coordonnées :

Sylvie DAVIET / Professeur de Géographie à Aix-Marseille Université / U.M.R. T.E.L.E.M.M.E. (6570) Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme / En délégation C.N.R.S. à l’I.R.M.C. de Tunis / daviet@mmsh.univ-aix.fr

Ghislaine GALLENGA / Maître de Conférences en Anthropologie à Aix-Marseille Université / U.M.R. I.D.E.M.E.C. (6591) Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme / gallenga@mmsh.univ-aix.fr

Le projet MUCONEM du programme HOMEREde Kévin Duruisseau est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé.

Aux origines de ma recherche, le concept de développement durable (2/6)…

Ce billet est la suite de mon billet précédent intitulé “Aux origines de ma recherche, le concept de développement durable (1/6)…“.

1- Le développement durable des origines à nos jours.

1.1- Un grand nombre de définitions du développement durable.

1.1.1- Le rapport Brundtland : un base conceptuelle.

• Plusieurs événements ont marqué profondément les années quatre-vingt. Sur le plan environnemental, l’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl provoque une remise en cause profonde du nucléaire civil et une crise environnementale majeure. Durant cette décennie, “les doutes grandissent […] en ce qui concerne les limites des capacités d’épuration de la biosphère” (Boisvert & Vivien, 2006). Sur le plan des inégalités socio-économiques, les écarts se creusent entre les pays développés et les pays en développement mais aussi au sein même de ces pays. “C’est dans ce contexte que l’expression “développement durable” apparue initialement dans un rapport de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (U.I.C.N.), va être reprise par d’autres instances internationales et se diffuser dans des cercles de discussion de plus en plus large” (Boisvert & Vivien, 2006).

• En 1983, l’Assemblée Générale des Nations Unies crée la Commission Mondiale pour l’Environnement et le Développement (C.M.E.D.). Celle-ci est composée de membres du personnel politique des différents pays membres et placée sous la présidence de Gro Harlem Brundtland. La mission de la C.M.E.D. est triple : “établir un diagnostic en matière de problèmes d’environnement et de développement et faire des propositions pour une action novatrice, concrète et réaliste ; envisager de nouvelles modalités de coopération internationale susceptibles de renforcer celle-ci et de provoquer les changements souhaités ; viser à la prise de conscience et à la mobilisation de l’ensemble des acteurs concernés” (Boisvert & Vivien, 2006). En 1987, la C.M.E.D. publie “Notre avenir à tous” (1987) dit rapport Brundtland. Celui-ci contient la première définition du concept de développement durable. On peut la considérer comme la définition qui, au niveau mondial, fait le plus consensus. Sylvie Brunel écrit que le grand mérite de ce rapport est d’avoir donné “une définition claire” (Brunel, 2009) qui permet de “frapper les esprits par sa clarté et son aspect universaliste” (Brunel, 2009). Selon le rapport Brundtland, le développement durable est “un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs […] Au sens le plus large, le développement durable vise à favoriser un état d’harmonie entre les êtres humains et entre l’homme et la nature” (rapport Brundtland, 1987). On peut noter que cette définition semble pour le moins “vague” (Jégou, 2007) et “flou” (Veyret, 2007). Pourtant, cette définition apparaît comme une base conceptuelle pour de nombreuses définitions du terme qui voient le jour par la suite.

1.1.2- Des définitions successives.

• Dans le “Dictionnaire de Géographie” (2003), le développement durable est défini en fonction du rapport Brundtland. Les auteurs insistent sur le concept de durabilité qui est à la base du concept. Ils mettent en valeur le fait que le concept nécessite un “triple bottom line, c’est l’obligation d’un triple résultat” (Baud & alii, 2003). C’est l’idée selon laquelle le développement durable repose sur trois piliers : social, économique et environnemental et sous tend des modes de gestion spécifiques. Enfin, on retrouve l’idée de transmission d’un patrimoine commun aux générations futures.

• L’idée que le développement durable possède des modes de gestion spécifiques se retrouve dans d’autres définitions. Dans le “Dictionnaire de la géographie humaine” (2000), le développement durable serait “le développement économique et social fondé sur une utilisation raisonnable […] en particulier des ressources non renouvelables, grâce à des techniques et des modes d’organisation appropriés” (Barret & alii, 2000). Privilégiant la protection de l’environnement, “il a pour ambition de satisfaire les besoins du présent tout en préservant les ressources qui seront nécessaires aux générations futures” (Barret & alii, 2000).

• On peut remarquer, à travers les trois définitions du développement durable que nous venons de donner, qu’il n’y a pas de références au contexte dans lequel ce concept est mis en oeuvre ni les acteurs qui y sont associés.

• Ce concept est né dans un contexte d’une triple crise : sociale, environnementale et économique. D’une part, les grands modèles de développement mis en oeuvre au cours des années 1960 et 1970 connaissent un essoufflement patent. Le développement durable peut apparaître comme un certain renouveau des théories du développement. D’autre part, la montée en puissance du développement durable s’est accompagnée de la montée en puissance de nouveaux acteurs comme les Organisations Non Gouvernementales (O.N.G.). La société civile mondiale et nationale monte en puissance. “Les acteurs du développement connaissent une certaine mutation” (Veyret, 2007). La question de la gouvernance demeure une préoccupation majeure dans le champ d’application du développement durable comme nous le verrons par la suite.

1.1.3- Flou définitionnel et flou représentatif.

 • Un certain “flou” (Jégou, 2007) règne au sein des définitions successives du développement durable, ce qui a des conséquences importantes. Pour Chantal Cans, “ce flou a conduit à l’élaboration de divers schémas, qui illustrent tout particulièrement la variabilité du concept, ces tentatives de schématisation reflétant les incertitudes quant à son contenu” (Cans, 2009). L’importance et la hiérarchisation des trois piliers sous-entendus dans le développement durable ont évolué en fonction de ces définitions successives. On peut distinguer trois types de schémas représentatifs.

Les schémas “classiques.

• Le premier de ces schémas est sans aucun doute la représentation la plus connue et diffusée à travers le monde. Il s’agit d’une représentation par sphères. Chaque sphère, au nombre de trois, représente respectivement un des trois piliers du développement durable : économique, social et environnemental. Cette représentation “place la durabilité à l’intersection des activités des champs économique, social et environnemental, de sorte que, plus l’intégration est forte, plus l’intersection est importante et la durabilité effective” (Cans, 2009). Il s’agit donc d’un “schéma à géométrie variable” (Cans, 2009).

• Une seconde représentation classique existe que l’on appelle “représentation par triangulation” (Cans, 2009). Il s’agit de souligner les nombreuses interrelations qui existent entre les trois piliers du développement durable. Mais, il échappe à cette représentation “toute notion de conciliation des intérêts” (Cans, 2009).

Les schémas par “objectifs.

• Le développement durable est un objectif en lui-même. La hiérarchisation de ses piliers constitutifs apparaît comme paradoxale. “Les perceptions différentes de la réalité et des priorités accordées aux diverses composantes du développement durable indiquent une hiérarchie, chaque notion étant englobée par une autre, considérée comme plus importante” (Cans, 2009).

• On peut noter que ce sont les définitions les plus récentes qui donnent “une place croissante au pilier social qui a été négligé durant de nombreuses années” (Veyret, 2007). Le pilier environnemental connaissait un développement surdimensionné par rapport aux autres piliers. Le pilier social apparaissait véritablement comme le “parent pauvre” (Veyret, 2007). Pour le “Dictionnaire du développement durable” (2007), celui-ci doit être un développement à la fois supportable, autosuffisant à long terme, mais également orienté vers la cohésion sociale.

Les schémas à “quatre piliers.

• Aux trois premiers piliers constituant le développement durable est venu s’ajouter un quatrième : la culture. Ce schéma représentatif est “le seul à présenter une réelle hiérarchisation des objectifs, oppose à une conception anthropocentrée de l’environnement celle de “biosphère” qui engloberait l’ensemble du vivant, dont les êtres humains” (Cans, 2009). On peut noter que la culture apparaît comme un pilier dominant dans la mesure où il englobe les piliers social et économique. Ce pilier a été intégré aux schémas représentatifs du développement durable à la suite de deux événements internationaux successifs : le Sommet mondial du développement durable de 2002 et l’adoption en 2005 de la Convention internationale sur la diversité culturelle.

• Il existe une seconde représentation à quatre piliers du concept de développement durable. Celle-ci est l’oeuvre de l’O.N.G. Adéquations. On parle alors de la “fleur” du développement durable. “Dans ce schéma à quatre composantes, la démocratie et la participation constituent un levier transversal du développement durable, en intégrant la dimension culturelle, que ne mentionnent pas les textes de référence” (Cans, 2009).

• A travers l’ensemble de ces définitions, on peut remarquer que la notion de développement est très présente. Le développement durable apparaît à la fois comme un mode de développement nouveau ou bien comme un mode de développement de transition. On peut replacer le concept de développement durable au sein de l’histoire, de longue durée, de la notion du développement au sein des sciences sociales et particulièrement au sein de la géographie. Cette intégration du développement durable nous permettra de dégager une première filiation entre la géographie et ce concept. De plus, le développement durable pose la question des rapports entretenus entre la société et son milieu. La relation homme/milieu est primordiale dans la réflexion sur la construction de ce concept. Cette réflexion nous permet de mettre en valeur une seconde filiation entre la géographie et ce concept aux racines plus profondes qu’il n’y paraît.

Source :

BARRET C., CHARVET J-P., DUPUY G. & SIVIGNON M. (2000). – Dictionnaire de la géographie humaine, Paris, Liris.

BAUD P., BOURGEAT S. & BRAS C. (2003). – Dictionnaire de la géographie, Paris, Hatier.

BOISVERT V. & VIVIEN F-D. (2006). – “Le développement durable : une histoire de controverses économiques”. In : AUBERTIN C. & VIVIEN F-D., Le développement durable : enjeux politiques, économiques et sociaux, Paris, La documentation Française, p. 93-114.

BRODHAG C., BREUIL F., GONDRAN N. & OSSAMA F. (2007). – Dictionnaire du développement durable, Paris, Afnor.

BRUNEL S. (2009). – Le développement durable, Paris, PUF, 128 p.

CANS C. (2009). – “Environnement et développement durable”, in Droit et politiques de l’environnement, La documentation Française, Les Notices, p. 7-18.

JEGOU A. (2007). – “Les origines du développement durable”, in L’Information géographique, n°71, septembre 2007, Armand Colin, p. 19-28.

VEYRET Y. – dir. (2007). – Géographie et développement durable, Paris, SEDES, 428 p.

Aux origines de ma recherche, le concept de développement durable (2/6)… de Kévin Duruisseau est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transcrit.

Aux origines de ma recherche, le concept de développement durable (1/6)…

Depuis l’année 1987 et la parution du rapport Brundtland, le développement durable a connu un essor étonnant, à la fois dans le monde scientifique, politique et social. Comme le souligne Anne Jégou, “le développement durable est devenu un enjeu sociétal majeur” (Jégou, 2007). L’engagement de l’Organisation des Nations-Unies dans un processus de promotion de ce concept apparaît comme déterminant pour expliquer son essor. Le terme qui semble être apparu récemment garde un certain “flou” (Jégou, 2007) dans sa définition. La définition du développement durable, dans le rapport Brundtland, semble suffisamment large pour être consensuelle. Globalement, l’idée vise à associer l’aspect écologique, économique et social des “collectivités humaines à différentes échelles” (Jégou, 2007). La géographie se doit de réfléchir à l’intégration du développement durable comme nouvel objet d’étude de sa discipline. Cependant, comme le souligne Anne Jégou, “les géographes français ont d’abord fait preuve d’une grande frilosité face au développement durable” (Jégou, 2007). Mais, depuis quelques années, les géographes commencent à traiter ce concept du fait de sa montée en puissance dans la société, dans les entreprises et dans le monde politique.

Source :

JEGOU A. (2007). – “Les géographes français face au développement durable”, in L’Information géographique, n°71, septembre 2007, Armand Colin, p. 6-18.

JEGOU A. (2007). – “Les origines du développement durable”, in L’Information géographique, n°71, septembre 2007, Armand Colin, p. 19-28.

Aux origines de ma recherche, le concept de développement durable (1/6)…de Kévin Duruisseau est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transcrit.

Aux origines de ma recherche, mon mémoire de Master 2…

Depuis 2003, l’exploitation du charbon dans le Bassin Minier de Provence a cessé. Cette exploitation a marqué profondément le territoire. Dans ce contexte, l’Observatoire Hommes-Milieux étudie les relations entre ce territoire en reconversion, la société et son environnement. Puisqu’il traite des enjeux énergétiques globaux comme locaux, de la transition énergétique et du développement des énergies décarbonées, ce travail est un sujet d’actualité. Mon travail, piloté par l’O.H.M. vise à comprendre comment un territoire et ses communes s’intègrent dans la transition énergétique et comment ils participent au processus de territorialisation des énergies.

Plusieurs actions menées, à différents niveaux et échelles ont permis la collecte de données. J’ai pu recueillir des informations par la consultation de documents ainsi qu’au cours d’entretiens avec les différents acteurs locaux et régionaux ainsi qu’avec des industriels.

L’analyse des résultats révèle une géographie contrastée du développement des énergies décarbonées dans le bassin. Elle est le signe d’une acceptabilité communale contrastée. Par ailleurs, le processus de territorialisation des énergies est imparfait. L’Etat et les communes s’affirment comme les acteurs-clés de la nouvelle géographie énergétique.

Présentation résumée des résultats de la recherche :

http://www.ohm-provence.org/documents/pdf/JourScientif/Sem_20110630/Duruisseau_2011.pdf

Aux origines de ma recherche, mon mémoire de Master 1…

Depuis 2003, l’exploitation du charbon dans le Bassin Minier de Provence a cessé. Cette exploitation a marqué profondément le territoire. Dans ce contexte, l’Observatoire Hommes-Milieux étudie les relations entre ce territoire en reconversion, la société et son environnement. Mon travail, piloté par l’O.H.M. vise à comprendre les relations entre la S.N.E.T., exploitant une centrale thermique à Gardanne-Meyreuil, héritage de l’ancienne activité minière, et le territoire sur lequel elle est implantée. A la problématique de reconversion d’un territoire se superpose la problématique environnementale. Mon étude vise à objectiver l’influence de ce territoire, le Bassin Minier de Provence, sur la démarche environnementale de l’établissement, la centrale thermique de Gardanne-Meyreuil, dans le cadre de référence de la théorie d’André Fischer (1994) sur l’insertion de l’établissement dans son territoire.

Trois actions menées à différents niveaux d’échelle ont permis la collecte de données. Un stage dans l’établissement, la centrale thermique de Gardanne-Meyreuil, et au siège social de la S.N.E.T., en Ile-de-France. J’ai pu recueillir des informations par la consultation de documents d’entreprise ainsi qu’au cours d’entretiens avec des responsables locaux et nationaux de la S.N.E.T. Une enquête de terrain réalisée auprès de la population vivant dans l’environnement proche de la centrale. Des entretiens avec les différents acteurs locaux du territoire.

L’analyse des résultats révèlent que la démarche environnementale locale de la centrale est influencée par la politique de l’entreprise et l’environnement local du site. La politique de l’entreprise et la législation française apparaissent comme les facteurs les plus influents dans la démarche environnementale locale.

Présentation résumée des résultats de la recherche :

http://www.ohm-provence.org/documents/pdf/JourScientif/Sem_20100625/Duruisseau.pdf

Mon projet de recherche

Mon projet de recherche s’intitule : “Nouvelle géographie et territorialisation des énergies renouvelables. L’exemple du solaire photovoltaïque dans le Sud de la France : acteurs, facteurs et jeux d’échelles“.

Le Professeur Sylvie Daviet, Professeur de Géographie à l’Université de Provence, dirigera cette recherche qui s’effectuera au sein de l’Unité Mixte de Recherche TEMPS, ESPACES, LANGAGES, EUROPE MERIDIONALE, MEDITERRANEE (U.M.R. 6570 – T.E.L.E.M.M.E.). Ce projet s’inscrit dans la continuité de mon travail de recherche[1] effectué au sein de l’Observatoire Hommes-Milieux (O.H.M.) du Bassin Minier de Provence pour l’obtention du Master II recherche de Géographie. Ce travail a mis en évidence l’émergence d’une « territorialisation régulée » des énergies renouvelables dont les acteurs-clés sont les opérateurs historiques et émergents[2], l’Etat et les communes. Ces premiers résultats justifient un approfondissement de la recherche, dans le cadre d’une thèse portant sur les acteurs, facteurs et jeux d’échelles de cette territorialisation des énergies renouvelables. Le Sud de la France apparaît comme un espace pertinent pour l’étude du solaire photovoltaïque.

Le système énergétique qui s’est imposé depuis la révolution industrielle (fin du 18e siècle) interroge la société sur la durabilité de son modèle de développement. Ce modèle se révèle énergivore. Deux conséquences attirent particulièrement l’attention : le réchauffement climatique et l’épuisement des ressources fossiles à moyen et long terme. Les travaux des climatologues ont établi une corrélation entre le réchauffement climatique et les activités humaines qui génèrent dans l’atmosphère des émissions de gaz à effet de serre (G.E.S.) dont le dioxyde de carbone (CO2). Si l’ampleur de ce réchauffement est encore discutée, il provoque néanmoins une augmentation des risques naturels majeurs aux conséquences économiques importantes. L’épuisement des ressources fossiles, qui concerne en premier lieu les hydrocarbures (pétrole et gaz naturel), suscite des tensions à la fois géopolitiques et économiques qui ont donné lieu au concept de « GéCopolitique[3] ». Ces deux conséquences imposent, par « effets de contexte » (Vaché, 2009), des politiques visant le développement des énergies renouvelables[4], et plus largement des politiques visant à amorcer une véritable « transition énergétique » comme le démontrent Cyria Emelianoff, Elsa Mor et Jacques Chevalier dans « Les villes face à la transition énergétique : quelles politiques locales ? » (2010).

Cette notion émergente de transition énergétique est définie comme « le passage qui va nous amener d’un modèle basé aujourd’hui […] sur les énergies fossiles vers un nouveau modèle énergétique, dans lequel les énergies non carbonées seront dominantes[5] » (Rojey, 2008, p.4). Elle apparaît comme un processus global. Elle ne se réduit pas à la mise en œuvre de nouvelles technologies. A l’image de la révolution industrielle, la transition énergétique amorce une profonde révolution sociétale. Elle est un enjeu de société. Cette nouvelle donne établit un processus d’adaptation marqué par une diversification du mix-énergétique (différentes ressources), des gains d’efficacité énergétique (économies d’énergie) et un ensemble de transformations affectant la législation, les comportements et les usages. La transition énergétique est donc un processus multiforme, technologique et sociétal devant générer un nouveau système énergétique durable. Sur la longue durée, on sait que les systèmes énergétiques sont des anthroposystèmes fonctionnant par et pour la société. Le développement, à l’heure actuelle, des énergies renouvelables ne constitue qu’une partie de ce processus.

En réalité, les éléments entre nos mains à l’heure actuelle nous permettent de dire que l’on assisterait à un changement de modèle énergétique. Le modèle monopolistique de structures à fortes capacités productives, placé sous l’égide d’un Etat centralisateur et planificateur, laisserait place à un modèle concurrentiel de structures à plus faibles capacités productives, régulé par un Etat plus décentralisé et libéral. Le modèle monopolistique est devenu la règle après la Seconde Guerre mondiale et se caractérise par un opérateur en situation de monopole, fortement lié à l’Etat dont il applique la politique énergétique. C’est la période de construction d’équipements à fortes capacités productives qui sont implantés sur des espaces-supports passifs mais qui permettent la structuration énergétique du territoire national. Le modèle concurrentiel tend à s’imposer depuis le début des années 2000 et se caractérise par de multiples opérateurs qui multiplient la construction d’équipements à plus faibles capacités productives, orientés vers la conversion des énergies renouvelables sur des territoires de projets avec des acteurs locaux actifs. Des dynamiques de territorialisation des énergies renouvelables émergent qui s’expliquent par la libéralisation des marchés de l’électricité qui permettent une multiplication des acteurs, et les technologies de conversion des énergies renouvelables qui autorisent la construction de moyens de production d’électricité décentralisés. Par ailleurs, le développement des énergies renouvelables est soutenu par un Etat en retrait mais qui intervient à travers la mise en place de tarifs de rachat de l’électricité produite. Dans ce contexte, de nouveaux acteurs et de nouveaux territoires se saisissent de ces opportunités pour s’affirmer comme les nouveaux « énergéticiens » du 21e siècle. Ainsi, en l’état actuel des connaissances nous pouvons faire l’hypothèse que nous assistons à un changement de paradigme favorisant une nouvelle géographie de l’énergie.

Ce changement est tout particulièrement souligné par Phillip Dunsky (2004) puisque, selon lui, nous sommes entrés dans une « nouvelle architecture électrique[6] » dans laquelle de nouveaux acteurs s’affirment comme énergéticiens. Dans nos travaux, nous avons montré l’émergence de ces nouveaux acteurs, en particulier des communes qui deviennent des acteurs-clés de la territorialisation des énergies renouvelables, au même titre que l’Etat et les opérateurs. Nous nous situons en France dans une « territorialisation régulée » par l’Etat. Or, pour Peter Droege (2006), on assisterait à une inversion complète dans la hiérarchie des acteurs décisionnels dans la politique énergétique[7]. Cet auteur met en évidence le rôle primordial de la commune dans le développement des énergies renouvelables sur son territoire. C’est une rupture majeure qui montre un abandon par l’Etat de son pouvoir décisionnel en matière énergétique. Nous interrogerons donc les modalités effectives de cette thèse dans le cas français. Est-on en présence de dynamiques uniformes ? A quelle échelle cette décentralisation se réalise-t-elle ? Le retour d’une régulation étatique vient-il inverser ces processus ?

L’Union Européenne a mis en place une politique de transition énergétique afin de répondre aux défis ambitieux des « trois 20 » [8]. Le « Paquet Energie Climat », adopté le 17 décembre 2008, structure cette politique par quatre directives. La directive relative aux énergies renouvelables fixe à la France un objectif de 23% d’énergies renouvelables dans sa consommation énergétique. Cependant, si les directives européennes fixent un cadre aux politiques énergétiques de ses Etats membres, ces derniers conservent des marges de manœuvre importantes concernant leurs choix stratégiques pour y répondre.

La France a mis en place, depuis 2008, une politique énergétique, visant une transition énergétique, dans le cadre fixé par Bruxelles. Les principales orientations du « Plan national de développement des énergies renouvelables de la France » (2008), intégré à la « Loi Grenelle II », affirment cette volonté. Elles sont déclinées dans la « Programmation pluriannuelle des investissements de production d’électricité – Période 2009-2020 » qui décrit les objectifs français en matière de production d’électricité d’origine renouvelable. Ce plan et cette programmation constituent une parfaite illustration des marges de manœuvre conservées par les Etats membres dans la réalisation des objectifs fixés par Bruxelles[9]. Par ailleurs, conformément aux directives européennes relatives au marché intérieur de l’électricité[10], le marché français s’est progressivement ouvert à la concurrence depuis l’année 2000. Toutefois, précisons que dans ce cadre, le transport et la distribution de l’électricité restent le monopole respectif de R.T.E. et d’E.R.D.F., filiales du groupe E.D.F., l’opérateur historique.

Ce cadre juridique a permis l’émergence de nouveaux opérateurs et le lancement d’une véritable dynamique de territorialisation des énergies renouvelables. Nous pouvons dire qu’à ce jour deux phases de territorialisation de ces énergies se sont déroulées. Une première que nous pouvons qualifier de « territorialisation anarchique » et une seconde dite de « territorialisation régulée ». La première phase s’est caractérisée par une faible intervention de l’Etat dans les processus décisionnels. La seconde phase a vu l’Etat et ses services déconcentrés (D.R.E.AL. et Préfectures) faire leur retour dans la politique énergétique des territoires grâce à un nouveau cadre juridique.

Dans cette étude, nous restreindrons nos recherches à la territorialisation de la production d’électricité d’origine photovoltaïque. Ce choix est motivé par trois raisons. Premièrement, les technologies de conversion de l’énergie photovoltaïque permettent une production décentralisée d’électricité, qui est une des conditions de la territorialisation. Deuxièmement, contrairement aux technologies de conversion de l’énergie éolienne qui sont matures, l’énergie solaire photovoltaïque ne connait pas de technologies figées ; on est donc en présence de dynamiques évolutives qu’il est essentiel d’analyser. Troisièmement, il n’existe pas de travaux universitaires concernant la territorialisation de l’énergie photovoltaïque en France contrairement à l’énergie éolienne qui a déjà fait l’objet de plusieurs thèses incluant la question des impacts territoriaux.

Dans le cadre de notre recherche, nous étudierons les acteurs-clés, les facteurs et les échelles de pertinence. En effet, comment se posent les questions de la territorialisation du photovoltaïque en France qui est un pays à forte tradition étatique centralisatrice mais qui a mis en place un processus de décentralisation et de libéralisation ? Par ailleurs, nous faisons l’hypothèse centrale que nous entrons dans une nouvelle phase de territorialisation. Ainsi, plusieurs interrogations en découlent parmi lesquelles : Quels seront les acteurs-clés de cette nouvelle phase de territorialisation ? Ainsi, les intercommunalités vont-elles devenir un nouvel acteur-clé ? Quels sont les facteurs de développement et de localisation des équipements photovoltaïques sur un territoire donné ? Quels seront les impacts territoriaux des nouveaux tarifs d’achat ? De nouvelles échelles de pertinence vont-elles apparaître ? Les échelles départementales et régionales vont-elles gagner en pertinence ?

Au cours des deux phases de territorialisation de l’énergie photovoltaïque en France, décrites précédemment, l’incitation économique étatique était, par l’intermédiaire de tarifs de rachat très avantageux, un facteur moteur. La modification tarifaire inaugurée par « L’Arrêté du 4 mars 2011 fixant les conditions d’achat de l’électricité produite par les installations utilisant l’énergie radiative du soleil » introduit une nouvelle donne. La modification du paramètre financier, qui est central dans le second modèle énergétique, concurrentiel à petites structures, brouille les cartes. Cette modification devrait avoir des répercussions sur l’ensemble des paramètres du modèle (concentration des opérateurs, choix des espaces-supports, accélération des recherches au profit des technologies moins onéreuses). Les nouveaux tarifs de rachat très bas, inciteront les opérateurs à passer par les appels d’offre élaborés par le Ministère de l’Energie. Par conséquent, les échelles de pertinence de la territorialisation, qui se jouaient entre le niveau communal et national, devraient évoluer. Une nouvelle échelle de territorialisation pourrait émerger. Nous faisons l’hypothèse centrale que nous entrons dans une nouvelle phase de territorialisation.

Pour apporter des réponses à ces différentes questions, nous nous focaliserons sur des terrains d’observation de référence situés dans le Sud de la France. Nous ciblerons prioritairement les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur (P.A.C.A.) et Languedoc-Roussillon, et secondairement les régions Rhône-Alpes et la Corse. Ces régions présentent un potentiel naturel solaire important[11] favorable au développement des capacités productives d’électricité d’origine photovoltaïque. Elles possédaient, au 31 décembre 2010, 37% de la puissance installée photovoltaïque en France Métropolitaine et un nombre d’installations considérables. Entre 2009 et 2010, la puissance installée photovoltaïque dans ces quatre régions a connu une croissance exponentielle de l’ordre de 241% en moyenne. Cette croissance est similaire à celle de la puissance installée à l’échelle nationale. En outre, ces régions apparaissent intéressantes dans la mesure où elles déclinent plusieurs profils électriques représentatifs du contexte français. La région P.A.C.A., le Languedoc-Roussillon et la Corse sont des régions déficitaires importatrices d’électricité tandis que la région Rhône-Alpes est une région excédentaire et exportatrice d’électricité (SOeS[12], 2011). En outre, la région P.A.C.A. constitue un cas particulier dans la mesure où elle est une « presqu’île énergétique » présentant de graves carences concernant son réseau électrique.

Notre méthodologie, déjà testée dans notre mémoire de Master II, sera affinée. Les méthodes utilisées relèveront, en grande partie, de la géographie économique et sociale. Nous recourrons à l’analyse quantitative et qualitative. Une recherche bibliographique exhaustive nous permettra d’affiner nos connaissances concernant la notion de transition énergétique et de territorialisation des énergies renouvelables. Une enquête menée auprès des services et des acteurs concernés par le développement des capacités productives photovoltaïques nous permettra de réaliser un véritable état des lieux des capacités existantes et futures dans le domaine photovoltaïque des régions étudiées. Cet état des lieux permettra d’affiner notre sélection de terrains d’observation. Nous réaliserons des entretiens auprès des différents acteurs entrant dans le processus de territorialisation des installations de production d’électricité d’origine photovoltaïque (collectivités territoriales locales, opérateurs, entreprises, etc.).

Nous espérons ainsi dégager une typologie des modèles de territorialisation de l’énergie photovoltaïque en France.


[1] DURUISSEAU K. (2011). – « Le développement des énergies renouvelables dans le Bassin Minier de Provence : acteurs, facteurs et jeux d’échelles », Université de Provence, U.F.R. des Sciences Géographiques et de l’Aménagement, 238 p.

[2] Opérateurs historiques : Groupe EDF ; Groupe EON AG / Opérateurs émergents : Groupe Solaire Direct ; Groupe Aerowatt.

[3] Le concept de « GéCopolitique » a été forgé par Chalom Schirman, enseignant à l’Ecole nationale des ponts et chaussées. Ce concept permet de dépasser l’opposition entre géoéconomie et géopolitique et de lier les problèmes relevant de ces deux domaines.

[4] VACHE I. (2009). – « L’émergence des politiques énergétiques en Pays de la Loire (France) : Effets de contexte, potentiels et jeux d’acteurs », Université du Maine, U.F.R. Lettres, Langues et Sciences Humaines, Département de Géographie, 476 p.

[5] ROJEY A. (2008). – « La transition énergétique », I.F.P., 12 p.

[6] DUNSKY P-U. (2004). – « La révolution électrique en cours : portrait de l’émergence d’une nouvelle architecture dans les pays industrialisés », in VertigO : La revue électronique en sciences de l’environnement, vol 5, n°1, p. 1-17.

[7] DROEGE P. (2006) – The renewable city : A comprehensive guide to an urban revolution, London, John Wiley & Sons Ltd, 309 p.

[8] Une réduction de 20% des émissions de G.E.S. par rapport à 1990, une amélioration de 20% de l’efficacité énergétique et une part de 20% d’énergies renouvelables dans la consommation d’énergie européenne.

[9] Le renoncement récent de l’Allemagne au nucléaire constitue une autre illustration de ces marges de manœuvre.

[10] « Directive 96/92 du 19 décembre 1996 » et « Directive 2003/54 du 26 juin 2003 ».

[11] D’après l’A.D.E.M.E., le gisement solaire dans ces régions est compris entre 1 220 kWh/m² et plus de 1 760 kWh/m² par an.

[12] Service de l’Observation et des Statistiques fournissant des données sur le développement durable et l’énergie en France consultables sur le site gouvernemental : www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr

Bienvenue sur mon carnet de recherche

Ce carnet vise à vous présenter les avancées de ma thèse qui s’intitule : “Nouvelle géographie et territorialisation des énergies renouvelables. L’exemple du solaire photovoltaïque dans le Sud de la France : acteurs, facteurs et jeux d’échelles“. Par ailleurs, il sera le lieu d’une réflexion conceptuelle et notionnelle concernant la transition énergétique, le développement durable, la territorialisation des politiques publiques, etc. Enfin, ce carnet entend suivre l’actualité française et européenne en matière énergétique.