Vers une ou des transitions énergétiques en Méditerranée ? Entre théories et expériences – Problématique scientifique

• En 1987, « Notre avenir à tous » [Rapport Brundtland], publié par la Commission des Nations Unies pour l’Environnement et le Développement [CNUED] reprend, en partie, à une échelle mondiale, les travaux initiés par le Club de Rome qui publia « Halte à la croissance ! » [Rapport Meadows] en 1972. Quand le Club de Rome défend l’idée de croissance zéro en réponse à la perspective d’une catastrophe environnementale majeure aboutissant « à un effondrement de la dynamique du système socio-économique mondial » (Domenach et Picouet, 2000), le Rapport Brundtland introduit l’idée de croissance soutenable. Ce dernier forge ainsi le concept de « sustainable development » traduit en français par développement durable. Outre la préoccupation de conserver un environnement viable pour les générations futures, le concept pose le problème de la finitude des ressources naturelles. L’épuisement des ressources énergétiques fossiles conventionnelles et fissiles et plus encore le réchauffement climatique contraignent par « effet de contexte » (Vaché, 2009), nos sociétés à une transition énergétique. Ce concept émergent est défini comme « le passage qui va nous amener d’un modèle basé aujourd’hui […] sur les énergies fossiles vers un nouveau modèle énergétique, dans lequel les énergies non carbonées seront dominantes » (Rojey, 2008). Il prend sa source chez les anglo-saxons, dans des cadres théoriques relevant des Sciences technologiques et de l’Histoire des techniques. Les travaux de Frank W. Geels sur les modèles de transition socio-technologique – « Multi-Level Perspective » – sont à la base d’adaptations du concept dans des cadres théoriques et pratiques variés. Ce modèle pourrait fournir un cadre utile aux sciences humaines et sociales pour l’analyse de la transition énergétique actuellement initiée.

• À l’instar du concept de développement durable qui divise les sciences humaines et sociales entre tenants d’une « durabilité faible » et tenants d’une « durabilité forte », le concept de transition énergétique oppose les partisans d’une « transition faible » et ceux d’une « transition forte ». La transition faible est basée sur une confiance en la technologie pour substituer des ressources de flux à des ressources de stock sans bouleversement du système énergétique et socio-économique actuel. La transition forte associe nouvelles technologies et ressources énergétiques à de profondes mutations sociétales. Selon nous, cette transition ne peut être confondue avec une simple adaptation technologique car elle n’a « de sens et d’avenir que dans un cadre institutionnel nouveau, conduisant notamment à une réappropriation de la question énergétique par les citoyens et à une décentralisation » (Raineau, 2011). Le système énergétique actuel est un héritage des révolutions industrielles successives qui ont imposé progressivement les énergies fossiles comme source quasi unique d’énergie. Or, l’énergie demeure un facteur essentiel du développement socio-économique des sociétés. Il parait donc difficile de dissocier le système énergétique d’une société donnée de son modèle de développement. La transition énergétique est un enjeu de société. Cette nouvelle donne amorce un processus d’adaptation marqué par une diversification du mix-énergétique, une plus grande sobriété énergétique, une meilleure efficacité énergétique et un ensemble de transformations affectant la législation, les territoires, les comportements et les usages. Les choix énergétiques, envisageables à différentes échelles, requièrent de profondes réflexions.

• La Méditerranée est au cœur des questionnements inhérents au changement climatique. Selon le dernier rapport du GIEC, les pays de l’espace méditerranéen devraient être particulièrement exposés aux conséquences du réchauffement climatique au cours du 21e siècle, du fait de leur croissance démographique (notamment des pays du Sud), de l’utilisation intensive des zones côtières et de leur faible capacité de résilience. Des efforts ont été consentis en matière de protection de l’environnement et dans la tentative d’intégrer le développement durable dans les politiques de l’environnement avec la mise en oeuvre de différents programmes et fonds, à l’échelle nationale et méditerranéenne [Plan d’Action pour la Méditerranée].

→ Face aux défis environnementaux, socio-territoriaux et économiques, comment pense-t-on la transition énergétique dans les pays méditerranéens ? Est-elle uniforme ou propre à chaque territoire ? L’intégration européenne et plus largement euro-méditerranéenne peut-elle constituer un cadre de réflexion et d’application des enjeux énergétiques communes à la région ?

Sources :

DOMENACH H. & PICOUET M. (2000). – Population et environnement, Paris, PUF.

GEELS F.W. (2005). – « Processes and patterns in transitions and system innovations : Refining the co-evolutionary multi-level perspective », in Technological Forecasting & Social Change, n°72, p. 681-696.

RAINEAU L. (2011). – « Vers une transition énergétique ? », in Natures Sciences Sociétés, vol. 19, p. 133-143.

ROJEY A. (2008). – Énergie & Climat. Réussir la transition énergétique, Paris, Éditions TECHNIP.

VACHE I. (2009). – « L’émergence des politiques énergétiques en Pays de la Loire : Effets de contexte, potentiels et jeux d’acteurs« , Le Mans, Université du Maine.

Vers une ou des transitions énergétiques en Méditerranée ? Entre théories et expériences – Problématique scientifique de Kévin Duruisseau est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *