Mon projet de recherche

Mon projet de recherche s’intitule : « Nouvelle géographie et territorialisation des énergies renouvelables. L’exemple du solaire photovoltaïque dans le Sud de la France : acteurs, facteurs et jeux d’échelles« .

Le Professeur Sylvie Daviet, Professeur de Géographie à l’Université de Provence, dirigera cette recherche qui s’effectuera au sein de l’Unité Mixte de Recherche TEMPS, ESPACES, LANGAGES, EUROPE MERIDIONALE, MEDITERRANEE (U.M.R. 6570 – T.E.L.E.M.M.E.). Ce projet s’inscrit dans la continuité de mon travail de recherche[1] effectué au sein de l’Observatoire Hommes-Milieux (O.H.M.) du Bassin Minier de Provence pour l’obtention du Master II recherche de Géographie. Ce travail a mis en évidence l’émergence d’une « territorialisation régulée » des énergies renouvelables dont les acteurs-clés sont les opérateurs historiques et émergents[2], l’Etat et les communes. Ces premiers résultats justifient un approfondissement de la recherche, dans le cadre d’une thèse portant sur les acteurs, facteurs et jeux d’échelles de cette territorialisation des énergies renouvelables. Le Sud de la France apparaît comme un espace pertinent pour l’étude du solaire photovoltaïque.

Le système énergétique qui s’est imposé depuis la révolution industrielle (fin du 18e siècle) interroge la société sur la durabilité de son modèle de développement. Ce modèle se révèle énergivore. Deux conséquences attirent particulièrement l’attention : le réchauffement climatique et l’épuisement des ressources fossiles à moyen et long terme. Les travaux des climatologues ont établi une corrélation entre le réchauffement climatique et les activités humaines qui génèrent dans l’atmosphère des émissions de gaz à effet de serre (G.E.S.) dont le dioxyde de carbone (CO2). Si l’ampleur de ce réchauffement est encore discutée, il provoque néanmoins une augmentation des risques naturels majeurs aux conséquences économiques importantes. L’épuisement des ressources fossiles, qui concerne en premier lieu les hydrocarbures (pétrole et gaz naturel), suscite des tensions à la fois géopolitiques et économiques qui ont donné lieu au concept de « GéCopolitique[3] ». Ces deux conséquences imposent, par « effets de contexte » (Vaché, 2009), des politiques visant le développement des énergies renouvelables[4], et plus largement des politiques visant à amorcer une véritable « transition énergétique » comme le démontrent Cyria Emelianoff, Elsa Mor et Jacques Chevalier dans « Les villes face à la transition énergétique : quelles politiques locales ? » (2010).

Cette notion émergente de transition énergétique est définie comme « le passage qui va nous amener d’un modèle basé aujourd’hui […] sur les énergies fossiles vers un nouveau modèle énergétique, dans lequel les énergies non carbonées seront dominantes[5] » (Rojey, 2008, p.4). Elle apparaît comme un processus global. Elle ne se réduit pas à la mise en œuvre de nouvelles technologies. A l’image de la révolution industrielle, la transition énergétique amorce une profonde révolution sociétale. Elle est un enjeu de société. Cette nouvelle donne établit un processus d’adaptation marqué par une diversification du mix-énergétique (différentes ressources), des gains d’efficacité énergétique (économies d’énergie) et un ensemble de transformations affectant la législation, les comportements et les usages. La transition énergétique est donc un processus multiforme, technologique et sociétal devant générer un nouveau système énergétique durable. Sur la longue durée, on sait que les systèmes énergétiques sont des anthroposystèmes fonctionnant par et pour la société. Le développement, à l’heure actuelle, des énergies renouvelables ne constitue qu’une partie de ce processus.

En réalité, les éléments entre nos mains à l’heure actuelle nous permettent de dire que l’on assisterait à un changement de modèle énergétique. Le modèle monopolistique de structures à fortes capacités productives, placé sous l’égide d’un Etat centralisateur et planificateur, laisserait place à un modèle concurrentiel de structures à plus faibles capacités productives, régulé par un Etat plus décentralisé et libéral. Le modèle monopolistique est devenu la règle après la Seconde Guerre mondiale et se caractérise par un opérateur en situation de monopole, fortement lié à l’Etat dont il applique la politique énergétique. C’est la période de construction d’équipements à fortes capacités productives qui sont implantés sur des espaces-supports passifs mais qui permettent la structuration énergétique du territoire national. Le modèle concurrentiel tend à s’imposer depuis le début des années 2000 et se caractérise par de multiples opérateurs qui multiplient la construction d’équipements à plus faibles capacités productives, orientés vers la conversion des énergies renouvelables sur des territoires de projets avec des acteurs locaux actifs. Des dynamiques de territorialisation des énergies renouvelables émergent qui s’expliquent par la libéralisation des marchés de l’électricité qui permettent une multiplication des acteurs, et les technologies de conversion des énergies renouvelables qui autorisent la construction de moyens de production d’électricité décentralisés. Par ailleurs, le développement des énergies renouvelables est soutenu par un Etat en retrait mais qui intervient à travers la mise en place de tarifs de rachat de l’électricité produite. Dans ce contexte, de nouveaux acteurs et de nouveaux territoires se saisissent de ces opportunités pour s’affirmer comme les nouveaux « énergéticiens » du 21e siècle. Ainsi, en l’état actuel des connaissances nous pouvons faire l’hypothèse que nous assistons à un changement de paradigme favorisant une nouvelle géographie de l’énergie.

Ce changement est tout particulièrement souligné par Phillip Dunsky (2004) puisque, selon lui, nous sommes entrés dans une « nouvelle architecture électrique[6] » dans laquelle de nouveaux acteurs s’affirment comme énergéticiens. Dans nos travaux, nous avons montré l’émergence de ces nouveaux acteurs, en particulier des communes qui deviennent des acteurs-clés de la territorialisation des énergies renouvelables, au même titre que l’Etat et les opérateurs. Nous nous situons en France dans une « territorialisation régulée » par l’Etat. Or, pour Peter Droege (2006), on assisterait à une inversion complète dans la hiérarchie des acteurs décisionnels dans la politique énergétique[7]. Cet auteur met en évidence le rôle primordial de la commune dans le développement des énergies renouvelables sur son territoire. C’est une rupture majeure qui montre un abandon par l’Etat de son pouvoir décisionnel en matière énergétique. Nous interrogerons donc les modalités effectives de cette thèse dans le cas français. Est-on en présence de dynamiques uniformes ? A quelle échelle cette décentralisation se réalise-t-elle ? Le retour d’une régulation étatique vient-il inverser ces processus ?

L’Union Européenne a mis en place une politique de transition énergétique afin de répondre aux défis ambitieux des « trois 20 » [8]. Le « Paquet Energie Climat », adopté le 17 décembre 2008, structure cette politique par quatre directives. La directive relative aux énergies renouvelables fixe à la France un objectif de 23% d’énergies renouvelables dans sa consommation énergétique. Cependant, si les directives européennes fixent un cadre aux politiques énergétiques de ses Etats membres, ces derniers conservent des marges de manœuvre importantes concernant leurs choix stratégiques pour y répondre.

La France a mis en place, depuis 2008, une politique énergétique, visant une transition énergétique, dans le cadre fixé par Bruxelles. Les principales orientations du « Plan national de développement des énergies renouvelables de la France » (2008), intégré à la « Loi Grenelle II », affirment cette volonté. Elles sont déclinées dans la « Programmation pluriannuelle des investissements de production d’électricité – Période 2009-2020 » qui décrit les objectifs français en matière de production d’électricité d’origine renouvelable. Ce plan et cette programmation constituent une parfaite illustration des marges de manœuvre conservées par les Etats membres dans la réalisation des objectifs fixés par Bruxelles[9]. Par ailleurs, conformément aux directives européennes relatives au marché intérieur de l’électricité[10], le marché français s’est progressivement ouvert à la concurrence depuis l’année 2000. Toutefois, précisons que dans ce cadre, le transport et la distribution de l’électricité restent le monopole respectif de R.T.E. et d’E.R.D.F., filiales du groupe E.D.F., l’opérateur historique.

Ce cadre juridique a permis l’émergence de nouveaux opérateurs et le lancement d’une véritable dynamique de territorialisation des énergies renouvelables. Nous pouvons dire qu’à ce jour deux phases de territorialisation de ces énergies se sont déroulées. Une première que nous pouvons qualifier de « territorialisation anarchique » et une seconde dite de « territorialisation régulée ». La première phase s’est caractérisée par une faible intervention de l’Etat dans les processus décisionnels. La seconde phase a vu l’Etat et ses services déconcentrés (D.R.E.AL. et Préfectures) faire leur retour dans la politique énergétique des territoires grâce à un nouveau cadre juridique.

Dans cette étude, nous restreindrons nos recherches à la territorialisation de la production d’électricité d’origine photovoltaïque. Ce choix est motivé par trois raisons. Premièrement, les technologies de conversion de l’énergie photovoltaïque permettent une production décentralisée d’électricité, qui est une des conditions de la territorialisation. Deuxièmement, contrairement aux technologies de conversion de l’énergie éolienne qui sont matures, l’énergie solaire photovoltaïque ne connait pas de technologies figées ; on est donc en présence de dynamiques évolutives qu’il est essentiel d’analyser. Troisièmement, il n’existe pas de travaux universitaires concernant la territorialisation de l’énergie photovoltaïque en France contrairement à l’énergie éolienne qui a déjà fait l’objet de plusieurs thèses incluant la question des impacts territoriaux.

Dans le cadre de notre recherche, nous étudierons les acteurs-clés, les facteurs et les échelles de pertinence. En effet, comment se posent les questions de la territorialisation du photovoltaïque en France qui est un pays à forte tradition étatique centralisatrice mais qui a mis en place un processus de décentralisation et de libéralisation ? Par ailleurs, nous faisons l’hypothèse centrale que nous entrons dans une nouvelle phase de territorialisation. Ainsi, plusieurs interrogations en découlent parmi lesquelles : Quels seront les acteurs-clés de cette nouvelle phase de territorialisation ? Ainsi, les intercommunalités vont-elles devenir un nouvel acteur-clé ? Quels sont les facteurs de développement et de localisation des équipements photovoltaïques sur un territoire donné ? Quels seront les impacts territoriaux des nouveaux tarifs d’achat ? De nouvelles échelles de pertinence vont-elles apparaître ? Les échelles départementales et régionales vont-elles gagner en pertinence ?

Au cours des deux phases de territorialisation de l’énergie photovoltaïque en France, décrites précédemment, l’incitation économique étatique était, par l’intermédiaire de tarifs de rachat très avantageux, un facteur moteur. La modification tarifaire inaugurée par « L’Arrêté du 4 mars 2011 fixant les conditions d’achat de l’électricité produite par les installations utilisant l’énergie radiative du soleil » introduit une nouvelle donne. La modification du paramètre financier, qui est central dans le second modèle énergétique, concurrentiel à petites structures, brouille les cartes. Cette modification devrait avoir des répercussions sur l’ensemble des paramètres du modèle (concentration des opérateurs, choix des espaces-supports, accélération des recherches au profit des technologies moins onéreuses). Les nouveaux tarifs de rachat très bas, inciteront les opérateurs à passer par les appels d’offre élaborés par le Ministère de l’Energie. Par conséquent, les échelles de pertinence de la territorialisation, qui se jouaient entre le niveau communal et national, devraient évoluer. Une nouvelle échelle de territorialisation pourrait émerger. Nous faisons l’hypothèse centrale que nous entrons dans une nouvelle phase de territorialisation.

Pour apporter des réponses à ces différentes questions, nous nous focaliserons sur des terrains d’observation de référence situés dans le Sud de la France. Nous ciblerons prioritairement les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur (P.A.C.A.) et Languedoc-Roussillon, et secondairement les régions Rhône-Alpes et la Corse. Ces régions présentent un potentiel naturel solaire important[11] favorable au développement des capacités productives d’électricité d’origine photovoltaïque. Elles possédaient, au 31 décembre 2010, 37% de la puissance installée photovoltaïque en France Métropolitaine et un nombre d’installations considérables. Entre 2009 et 2010, la puissance installée photovoltaïque dans ces quatre régions a connu une croissance exponentielle de l’ordre de 241% en moyenne. Cette croissance est similaire à celle de la puissance installée à l’échelle nationale. En outre, ces régions apparaissent intéressantes dans la mesure où elles déclinent plusieurs profils électriques représentatifs du contexte français. La région P.A.C.A., le Languedoc-Roussillon et la Corse sont des régions déficitaires importatrices d’électricité tandis que la région Rhône-Alpes est une région excédentaire et exportatrice d’électricité (SOeS[12], 2011). En outre, la région P.A.C.A. constitue un cas particulier dans la mesure où elle est une « presqu’île énergétique » présentant de graves carences concernant son réseau électrique.

Notre méthodologie, déjà testée dans notre mémoire de Master II, sera affinée. Les méthodes utilisées relèveront, en grande partie, de la géographie économique et sociale. Nous recourrons à l’analyse quantitative et qualitative. Une recherche bibliographique exhaustive nous permettra d’affiner nos connaissances concernant la notion de transition énergétique et de territorialisation des énergies renouvelables. Une enquête menée auprès des services et des acteurs concernés par le développement des capacités productives photovoltaïques nous permettra de réaliser un véritable état des lieux des capacités existantes et futures dans le domaine photovoltaïque des régions étudiées. Cet état des lieux permettra d’affiner notre sélection de terrains d’observation. Nous réaliserons des entretiens auprès des différents acteurs entrant dans le processus de territorialisation des installations de production d’électricité d’origine photovoltaïque (collectivités territoriales locales, opérateurs, entreprises, etc.).

Nous espérons ainsi dégager une typologie des modèles de territorialisation de l’énergie photovoltaïque en France.


[1] DURUISSEAU K. (2011). – « Le développement des énergies renouvelables dans le Bassin Minier de Provence : acteurs, facteurs et jeux d’échelles », Université de Provence, U.F.R. des Sciences Géographiques et de l’Aménagement, 238 p.

[2] Opérateurs historiques : Groupe EDF ; Groupe EON AG / Opérateurs émergents : Groupe Solaire Direct ; Groupe Aerowatt.

[3] Le concept de « GéCopolitique » a été forgé par Chalom Schirman, enseignant à l’Ecole nationale des ponts et chaussées. Ce concept permet de dépasser l’opposition entre géoéconomie et géopolitique et de lier les problèmes relevant de ces deux domaines.

[4] VACHE I. (2009). – « L’émergence des politiques énergétiques en Pays de la Loire (France) : Effets de contexte, potentiels et jeux d’acteurs », Université du Maine, U.F.R. Lettres, Langues et Sciences Humaines, Département de Géographie, 476 p.

[5] ROJEY A. (2008). – « La transition énergétique », I.F.P., 12 p.

[6] DUNSKY P-U. (2004). – « La révolution électrique en cours : portrait de l’émergence d’une nouvelle architecture dans les pays industrialisés », in VertigO : La revue électronique en sciences de l’environnement, vol 5, n°1, p. 1-17.

[7] DROEGE P. (2006) – The renewable city : A comprehensive guide to an urban revolution, London, John Wiley & Sons Ltd, 309 p.

[8] Une réduction de 20% des émissions de G.E.S. par rapport à 1990, une amélioration de 20% de l’efficacité énergétique et une part de 20% d’énergies renouvelables dans la consommation d’énergie européenne.

[9] Le renoncement récent de l’Allemagne au nucléaire constitue une autre illustration de ces marges de manœuvre.

[10] « Directive 96/92 du 19 décembre 1996 » et « Directive 2003/54 du 26 juin 2003 ».

[11] D’après l’A.D.E.M.E., le gisement solaire dans ces régions est compris entre 1 220 kWh/m² et plus de 1 760 kWh/m² par an.

[12] Service de l’Observation et des Statistiques fournissant des données sur le développement durable et l’énergie en France consultables sur le site gouvernemental : www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *